20 août 2006

Cultubreuvage

Après la cream liqueur, mes voisins danois m'ont présenté un jeu que j'ai bien aimé. Ce n'est pas vraiment un jeu à boire, puisque le but du jeu n'est pas de boire mais plutôt d'économiser son argent, car le perdant de chaque manche paye une tournée.

Chaque joueur possède un gobelet, un sous-verre et quatre dés. On lance une première fois les dés pour déterminer qui commence. Ensuite on relance les dés, mais en les laissant sous le gobelet afin que chaque joueur soit le seul à voir ses dés. Après les avoir regardés, le premier doit estimer le nombre de dés identiques qu'il y a au total, éventuellement en précisant la valeur du dé. Le suivant a alors deux choix. Soit il fait un meilleur pari, c'est-à-dire qu'il parie sur un nombre plus élevés de dés ou une valeur plus forte (ou les deux), soit il montre ses dés. Dans le premier cas, on passe au joueur suivant, et on continue ainsi jusqu'à ce qu'un joueur montre ses dés. Dans le second tout le monde montre ses dés et on regarde si le pari est atteint. Si oui, celui qui a montré ses dés perd le tour, sinon c'est le dernier parieur. On recommence alors un tour, mais tous les joueurs retirent un dé, sauf le perdant du tour.
Pour compter les dés identiques, il y a deux règles spéciales . Le un est un joker, il a la valeur que souhaite le dernier parieur. Et lorsque tous les dés d'un joueur forment une suite commençant par un, on considère qu'il a un dé de plus, et que tous ses dés (les vrais et le virtuel) sont identiques, la valeur étant là encore choisie par le dernier parieur.

Lorsqu'il ne reste plus qu'un joueur possédant des dés, le sous-verre entre en jeu. Si c'est la première manche que perd le joueur, il retourne son sous-verre et on recommence une manche. Si le sous-verre a déjà été retourné, il paye un coup à tous les joueurs.

Dans le principe, le jeu ressemble beaucoup au tarot africain, et dans le concept c'est du poker tout craché : paris, bluff, évaluation du jeu des autres, la seule différence est que la mise n'a rien à voir avec le gain. J'en connais qui seraient fans ;-) Et suivant le contexte, on peut imposer ce qu'on veut au perdant : gage, boire, etc.
Le jeu doit être populaire, parce que le matériel on l'a demandé au bar, et il ils jouaient aussi à la table à côté de nous. J'ai donc encore acquis un peu de culture danoise hier :)


Hier soir, nous étions donc dans un bar. Ceci m'amène à vous avouer qu'il y du faux dans ce que je vous ai dit dans l'un de mes premiers posts. Ce n'était pas l'anniversaire de la tireuse qu'ils fêtaient le jour de mon arrivée, mais celui du bar. Ils m'avaient effectivement dit que c'était l'anniversaire du bar de la résidence, mais nous étions dehors, et je n'avais pas vu de bar, je croyais donc que c'était juste parce qu'ils ne savaient pas dire tireuse en anglais... Ce n'est qu'hier que la vérité éclata. Et quand je dis bar, c'est un vrai bar, avec ambiance pub, éclairé par des bougies, toutes sortes de breuvages de tous degrés, un billard, un baby, etc.

D'ailleurs en parlant de baby, on y aussi joué hier. Le problème est que, tous les grands hommes le savent, il y a deux façons de jouer au baby. La façon allemande / espagnole, qui est la plus répandue et celle adoptée par la fédération internationale, et la façon française. Dans la première, les joueurs et la balle sont en plastique, la table n'est pas tout à fait la même (j'essaierai de vous trouver une photo), et tous les points comptent. Dans la seconde, les joueurs sont en métal, la balle en liège (le jeu est donc plus lent), et il y a des règles afin de donner un minimum d'esthétique au jeu. Et évidemment ces cons là ils ont choisi la mauvaise façon.
L'avantage de la plastic attitude est que les débutants s'amuseront même si ils n'ont jamais joué : ça sera un jeu de hasard avec une balle qui vole dans tous les sens. Mais même avec un certain niveau, il reste une bonne part de hasard, il faut vraiment une excellente technique et des réflexes précis pour tout contrôler. La technique à utiliser est d'arrêter la balle (et non la bloquer), et de la faire rouler en tapant avec le côté du pied. Pour une démonstration, demandez à Vaughn -- et pour une démonstration de la technique française, demandez à Bob, ou venez me voir si vous ne l'aimez pas et que vous voulez vraiment voir un beau jeu :p

4 Comments:

MOI a dit...

Décidément... Alfred est encore témoin...
Sinon, c'est le meme jeu dans Pirates des Caraibes 2 !!! Bon on s'en fout mais c'est pas grave j'adore ce film :)

Julot Brunien a dit...

Je vois encore une dernière technique. The Bobol's Rules. Tu vois surement de quoi je parle...

Djizeus / CoCo / Romain a dit...

Je m'en fout j'ai eu 20 en tracteur ;)

cousin a dit...

compliqué....On verra ça au nouvel an