13 décembre 2006

Les films danois

Vu que les cours de danois sont finis (je vous ai dit ?), nous autres camarades de danois nous réunissons une fois par semaine pour voir un film danois (dialogues et sous-titres en danois). Le fait d'avoir les dialogues plus les sous-titres permet de combiner les mots simples qu'on connait, les mots qui se prononcent comme en anglais, allemand ou en français, et les mots qui ont une orthographe proche dans ces mêmes langues. Du coup, bien que je ne sache carrément pas parler danois, je suis capable de comprendre à peu près tout le film. Ca permet de comparer parlé et écrit et de s'habituer à comprendre le danois parlé, je pense que c'est assez pédagogique.

Bref. Pour l'instant, nous n'en avons regardé que deux, plus un autre qu'on avait vu pendant Denmark Today, ça fait trois films danois que j'ai vus. Ce n'est donc pas énorme, mais si la conjecture se révèle bonne, les Danois n'écrivent que des films de barjes. Non mais vraiment.

Le premier, Adams Æbler (les pommes d'Adam), était vraiment marrant, si on aime l'humour noir. Mais barje quand même. C'est l'histoire d'Adam qui sort de prison et qui se fait accueillir par un prêtre, qui a déjà deux énergumènes du genre. Les quatre compères passent leur temps à faire complètement nimp, parce qu'ils sont tous aussi tarés les uns que les autres.

Mais à côté du second, Grønne Slagtere (les bouchers verts, rien que le titre on se dit qu'il y a quelque chose de louche), il est tout ce qu'il y a de plus normal. C'est l'histoire de deux mecs qui montent leur boucherie. Elle est à peine ouverte qu'accidentellement, ils enferment un électricien dans la chambre froide, qui évidemment ne survit pas la nuit. Et tout ce qu'ils trouvent de mieux à faire pour ne pas s'attirer d'ennui, c'est de passer le corps à la broyeuse et de vendre la viande en tant que poulet ... et ça marche du tonnerre ! Du coup, à la moindre personne qui les fait chier, hop, un petit tour par la chambre froide et on n'en parle plus. Et c'est le plus naturellement du monde que la caméra montre un des mecs lancer une main dans la moulinette ou découper des escalopes dans un torse congelé. Et non, ce n'est pas un film d'horreur, les deux bouchers sont "juste un peu fous". Et il y a aussi le frère d'un des deux collègues, encore plus fou (il est malade mental), qui ajoute son grain de sel à l'histoire.

Après l'humour noir et le gore, le porno : Idioterne (les idiots). En fait, c'est normal que les films soient fous, ils ne parlent que de ça : celui-ci filme un groupe de malades mentaux qui s'auto-"gèrent". Je vous laisse imaginer le résultat. Et comme c'est danois, ils ne sont pas pudiques pour un sou, du coup on voit des gens à poils un peu partout dans le film, avec des bonus gros plans. Le clou du spectacle : vers le milieu du film, un des uluberlus veut pour son anniversaire une partouze ! Et pas de rectangles noirs ou de zones floutées. Si il y avait eu une X rose sur le boitier, OK, c'est un prétexte comme un autre, mais là, ça surprend ...

Ils sont fous ces danois.

1 Comment:

Fanou a dit...

Enorme! J'ai vu "les bouchers verts", il y a fort longtemps, je te l'accorde, mais c'est un film assez déjanté, je me souviens d'avoir franchement rigolé (ok, il m'en faut peu!)...
En tout cas, eh bien, à force de te lire, l'envie me prend de voyager et de me plonger dans une autre langue, d'autres coutumes etc, chose que je n'ai jamais faite, par manque d'occasions ou par crainte, je ne sais pas...Mais ça paraît ultra enrichissant!
Bonnes vacances et bonne fêtes de fin d'année :)
bises
Fanou